Intelligence économique : une incompréhension familiale

Quand un étudiant en intelligence économique tente d’expliquer son domaine d’intervention, nombre sont les familles qui affichent la plus parfaite incompréhension.

473246220_b9eed9100f_z

Crédit : Robert Thomson, / Flickr (CC BY-NC 2.0)

« J’étudie dans le domaine de l’intelligence économique ». Cette seule phrase suffit à installer le malaise pendant les repas de famille. Celui qui est mal à l’aise, c’est moi, parce qu’à l’évidence les gens ne comprennent définitivement pas ce que je fais. Le tour de table commence plutôt bien, mes cousins enchaînent rapidement sur leurs écoles de commerce respectives, ma cousine sur son diplôme d’ingénieur et quand vient mon tour tout le monde se tait.

J’essaye d’expliquer alors que l’intelligence économique, c’est un savant mélange de veille, de protection de l’information et de communication, je donne des cas concrets. Erreur ! Les cas concrets, c’est le piège : si je parle d’audit de sécurité et de tests d’intrusions, les suggestions vont bon train, je suis soit un espion, soit un militaire. Très bien, reprenons. J’affine mes exemples, je parle de l’importance de la récolte d’informations et de la veille. Je deviens alors journaliste spécialisé ou enquêteur privé. Toujours pas.

J’essaye la vision consulting et conseil aux entreprises. Coup de grâce, on me prend pour un commercial. Au gré des exemples et des (mauvaises) analyses des gens à qui je parle de ce que je fais, je croise parfois d’intéressants points de vue. Tenez, par exemple la dernière fois : «L’intelligence économique, c’est pour rendre l’économie intelligente, non ? » Évidemment ! Ou encore « L’intelligence économique, c’est comme Terminator ? » Non, tu confonds avec intelligence artificielle là, abruti ! J’arrête d’essayer d’expliquer, je soupire et je jette un regard au chien allongé qui suit notre discussion d’un œil distrait. Lui a sûrement compris.

FS

Publicités

11 réflexions sur “Intelligence économique : une incompréhension familiale

  1. Personnellement, j’explique que j’aide les entreprises à utiliser les informations pour faciliter et accélérer leur développement. Ca ne couvre certes que deux des trois aspects de l’IE (exit la sécurité), mais les réactions, si elles sont dubitatives, laissent parfois apparaître une lueur de compréhension…

    J'aime

  2. Intéressant post à mettre en relation avec celui de BN sur son expérience en entreprise. Il est nécessaire de bien décorréler l’intitulé de l’enseignement ,i.e. Intelligence économique, de la façon dont on la présente, c.a.d. devant adresser un besoin identifié du client, en particulier si c’est une PME/PMI/ETI où le temps est une denrée plus rare que dans les grand groupes.

    J'aime

  3. Eawy dit :

    Ne confondons pas moyen et finalité. La veille, la protection, l’audit, le conseil ne sont que des outils au service d’une politique. Que penseriez-vous de présenter l’IE comme suit :

    L’Intelligence Économique est un domaine trans-fonctionnel qui a pour vocation de permettre la pérennité d’un acteur économique. Pour cela elle s’appuie sur deux piliers. En interne il s’agit de faciliter la prise en compte des problématiques liées à chaque domaine de compétence pour en accroitre les performances; En externe elle vise à appréhender un environnement donné afin de s’y développer sans s’exposer inutilement.

    Ensuite vous pouvez exposer les leviers qui sont à votre disposition et prenant soin de toujours expliquer l’effet final recherché avant de présenter l’outil.

    J'aime

    • YK dit :

      Dans le cadre d’un repas de famille, ça ne me paraît pas plus approprié comme définition! Après on a l’habitude que les gens arrêtent de nous écouter après la première phrase d’explication de notre métier 😉 C’est un problème de notoriété je crois et non de définition. Astrophysicien est une profession bien plus complexe qui ne demande pas d’explications supplémentaires du fait de sa notoriété.

      J'aime

      • Apprendre à convaincre est aussi un outil de l’IE! Si vous n’arrivez pas à retenir l’attention des membres de votre famille 2 minutes pour expliquer en quoi consiste votre métier de consultant IE contentez-vous d’en parler à votre chien ou à votre poisson rouge…;)

        J'aime

    • YK dit :

      Il n’est pas question d’arriver à retenir l’attention des membres de notre famille… mais bien de ne pas avoir à entrer dans de grandes explications à chaque fois que l’on parle de sa profession… Ah ! mais.. attendez… Je vous avais déjà perdu à mon premier commentaire on dirait 😉

      J'aime

    • etiennerudolff dit :

      Avec une telle explication c’est sûr que je ne serai écouté que par ceux qui sont intéressé et avec un bon niveau d’étude … tout le monde n’a pas la patience pour faire des études longues. Exit les mots qui en mettent pleins la vue (trans-fonctionnel et tous les mots que personne n’utilise dans la vie courante) et les tournure de phrases pompeuses.
      Notre métier c’est de gérer l’information pour permettre la détection d’opportunités et de risques.
      On pourra après rallonger, selon l’interlocuteur, avec les méthodes et les différents métiers de l’IE. Que pensez vous de ma définition ?

      J'aime

  4. « L’Intelligence Économique est un domaine trans-fonctionnel qui a pour vocation de permettre la pérennité d’un acteur économique. Pour cela elle s’appuie sur deux piliers. En interne il s’agit de faciliter la prise en compte des problématiques liées à chaque domaine de compétence pour en accroitre les performances; En externe elle vise à appréhender un environnement donné afin de s’y développer sans s’exposer inutilement. »
    Très bonne définition je trouve ! Merci Eawy.
    Et vous, qu’en pensez-vous ?

    J'aime

  5. Cette problématique était d’ailleurs ouverte dans l’intro du rapport Carayon en 2003, voir ci-dessous. A nous maintenant de dynamiser le mouvement !

    « Nous sommes aujourd’hui face aux choix qui décideront de notre existence comme communauté de destin : garderons-nous une part de liberté, de notre cohésion sociale et de notre capacité à proposer au monde notre langue, notre culture et nos valeurs, ou bien sommes-nous destinés à devenir un simple lieu mondial de villégiature ?
    Quel visage aura la France dans dix ou vingt ans ? Que souhaitons-nous transmettre à nos enfants ?
    L’intelligence économique devrait aider à fournir une réponse à ces interrogations.
    Curieux avatar d’un concept devenu l’objet, dix ans après le rapport Martre qui lui avait assuré sa notoriété, d’efforts disparates et désordonnés, et parfois de ratiocinations d’intellectuels, de barbouzeries d’officines, ou de verbiages anglo-saxons de consultants…
    Elle peut nous permettre d’anticiper l’avenir, de définir ce qu’il est essentiel de promouvoir et de préserver pour maîtriser notre destin, de transmettre aux générations futures un pays qui soit autre chose qu’un hypermarché au centre d’un champ de ruines sociales, abandonné par les théoriciens de « l’économie du savoir » ; de guider le ciblage de nos efforts de recherche, de définir une politique dans laquelle, l’industrie, notamment, créatrice d’emplois, de richesses et de puissance retrouverait le rang de priorité nationale qu’elle avait sous le Général de Gaulle et Georges Pompidou.
    L’expression d’intelligence économique n’est encore connue que d’initiés et reste singulièrement ambiguë : sans doute parce qu’elle est trop souvent comprise dans son acception anglo-saxonne alors même qu’en France, et c’est bien le paradoxe, elle ne couvre le plus souvent que des méthodes classiques et éprouvées de veille concurrentielle
    Voilà l’échec majeur des Français : s’être focalisés sur les moyens et avoir occulté les fins. »

    source http://www.ladocumentationfrancaise.fr/var/storage/rapports-publics/034000484/0000.pdf

    J'aime

Les commentaires sont fermés.