L’IE au service du développement ?

Le développement apparaît parfois comme un terme galvaudé évoquant des jeunes européennes posant avec des enfants africains pauvres mais souriants. L’intelligence économique (IE) est quant à elle associée au monde de l’entreprise et au secteur privé. Comment un métier de consultant en col blanc peut-il se conjuguer avec le domaine du développement  ?

22772017351_3f4743778e_k

Crédit : DFID – UK Department for International Development (CC BY 2.)

Du fait de l’orientation bienfaisante de leurs activités, les ONG de ce secteur échappent à la pure logique de rentabilité entrepreneuriale, là où les entreprises semblent vouloir utiliser l’IE pour maximiser leur efficacité. Une synergie est pourtant possible entre l’IE et les projets de développement économique. Ces derniers pourraient utiliser l’IE comme un outil essentiel à la détection des menaces et des opportunités propres à leur secteur. L’identification en amont d’acteurs clés et d’écueils (techniques, financiers ou juridiques) faciliterait la conduite de projet et renforcerait son efficacité.

On oublie souvent que les ONG forment aussi un environnement concurrentiel puisqu’elles répondent au phénomène de « mise sur agenda » médiatique : un événement mettra la corne de l’Afrique en lumière, suscitant l’intérêt des bailleurs. Les ONG doivent alors se démarquer afin d’obtenir les financements nécessaire à leurs projets. Elles doivent aussi soigner leur image locale et internationale, en ayant recours à des stratégies d’influence et de communication en vigueur dans le privé.

Intégrer les différences et spécificités socioculturelles

A défaut de renvoyer à un métier circonscrit et spécifique, l’IE englobe un ensemble de pratiques (telle que la veille) au service de questionnements perpétuels (circuit itératif de l’information) et d’analyses contextuelles. Elle est en outre à même d’agir comme radar afin d’aider à la décision et de permettre d’anticiper et prévenir les risques. La matrice Swot#1 et l’évaluation des risques sont d’ailleurs utilisés par des ONG.  En outre, si les programmes d’aide intergouvernementaux ou institutionnels (Pnud, Feder) bénéficiaient d’un meilleur renseignement humain, détournements et gâchis pourraient être esquivés.

Les ONG sont loin d’être les seuls acteurs de l’aide au développement puisque les grandes institutions financières internationales y jouent un rôle clé et controversé. Les échecs connus par celles-ci ne résultent bien sur pas uniquement d’un déficit informationnel et contextuel.#2 Drapés dans  leurs certitudes, le Fmi et la Banque mondiale imposaient néanmoins un modèle unique à des pays aux situations particulières.#3

A l’inverse de ce dogmatisme, l’IE vise a intégrer les différences et spécificités socioculturelles (tabous, coutumes et règles implicites) déterminant souvent la manière dont des projets se déroulent et interagissent avec une réalité complexe. Une conception extensive de l’IE, c’est-à-dire entendue non seulement comme système d’acquisition d’informations opérationnelles mais aussi comme état d’esprit de vigilance et d’anticipation, peut donc se révéler précieuse aux acteurs du développement.

AB

1  Strengths, Weaknesses, Opportunities, Threats

http://www.monde-diplomatique.fr/1998/10/HALIMI/4107

http://www.monde-diplomatique.fr/1993/12/WARDE/45842

Publicités

Une réflexion sur “L’IE au service du développement ?

  1. Bonjour et bravo pour cet article.

    L’approche IE consiste à utiliser les informations (entrantes et sortantes) pour faciliter l’atteinte du but que l’organisation s’est fixé. Dès lors, les bonnes pratiques de l’IE s’appliquent à tous les projets : préparer des vacances ou racheter un concurrent, rechercher des collaborateurs ou un nouveau marché, etc.
    La véritable différence réside au final dans ce qui sera fait des informations collectées ou diffusées.
    Les compétences de base de la veille et de l’IE sont en fait assez répandues parmi les utilisateurs débutants et experts des NTIC, elles ne sont juste pas assez formalisées pour que les détenteurs puissent en avoir systématiquement un usage rationnel et cohérent dans le temps !

    J'aime

Les commentaires sont fermés.