Les fonds d’investissement au coeur de l’intelligence économique africaine

Dans une approche stratégique, l’intelligence économique peut jouer un rôle déterminant pour les fonds d’investissement dans leur choix d’investissement en Afrique.

Nairobi_Flickr_Demosh

Nairobi, capitale économique du Kenya. Cette ville, aux infrastructures modernes, est un bon exemple de l’engouement des fonds d’investissement pour l’Afrique. Crédit: DEMOSH / Flickr (CC BY-NC 2.0)

La croissance africaine estimée à 6% par le Fonds monétaire international (FMI) d’ici à 2017 ne fait qu’attirer les fonds d’investissement. L’instabilité politique et le manque de transparence dans l’environnement financier et juridique sont les principales difficultés rencontrées par les investisseurs. L’intelligence économique (IE) dispositif coordonné de collecte, d’analyse, de diffusion et de protection de l’information utile aux décideurs en vue de créer de la valeur et réduire les risques, peut jouer un rôle d’accompagnement des fonds d’investissement dans leur choix d’investissement en Afrique.

Avant toute prise de contact avec l’entreprise, l’IE peut jouer un rôle d’éclaireur pour les fonds d’investissement à travers plusieurs diagnostics (marketing, stratégique, financier, juridique, technologique et des ressources humaines). Le diagnostic marketing est l’étude du marché de l’entreprise pour connaître les acteurs, les produits et services, la croissance du marché, les habitudes de consommation et les codes culturels. L’approche stratégique va consister à positionner l’entreprise sur son marché pour faire ressortir ses forces, faiblesses et s’assurer que sa stratégie lui offre des perspectives de développement. Sa situation financière va être analysée à partir d’informations financières disponibles sur les 3 dernières années. Cerner l’environnement juridique va permettre d’anticiper les risques juridiques liés à une prise de participation. Il faut aussi s’intéresser aux technologies utilisées sur le marché et à celles qui pourraient faire leur entrée afin de pouvoir anticiper. Concernant les ressources humaines, il s’agit de faire un focus sur l’équipe dirigeante et les salariés clés (parcours et expériences).

Ces diagnostics vont aussi permettre de mettre en place une veille sur l’entreprise et son environnement pour être alerté des changements qui pourraient intervenir avant la prise de participation. Mais avant, la principale difficulté va être la question des sources pour collecter l’information.

Recouper l’information et recourir à des relais locaux

Avec le développement des technologies de l’information, on assiste à l’émergence de magazines économiques fournissant des informations crédibles et actualisées sur les dirigeants, entreprises et secteurs porteurs. C’est le cas du magazine Jeune Afrique qui par ailleurs publie chaque année un numéro spécial sur les 500 premières entreprises africaines. Les réseaux sociaux professionnels sont aussi un moyen d’obtenir de l’information. Concernant l’aspect juridique, on peut se tourner vers les guichets uniques en matière d’investissement.

Mais toutes ces informations peuvent être très disparates d’où la nécessité de les recouper pour faire ressortir des informations stratégiques. Ne pas non plus hésiter à recourir à des relais locaux pour collecter de l’information et nous aider à valider celles déjà collectées.

Aimé AHISSI

Advertisements