Petits espionnages entre amis

La frontière entre intelligence économique et espionnage est, quoi qu’on en pense, très mince. Plongée de l’autre côté de la barrière.

Crédit : Unsplash / Pixabay (CC0).

Crédit : Unsplash / Pixabay (CC0).

Recourir aux services de renseignements pour le compte de grandes entreprises, ça ne se fait pas, c’est vrai. Surtout entre « amis ». Les cas révélés au grand public sont de plus en plus nombreux (merci Wikileaks), ce qui permet à chacun de plus ou moins s’offusquer, crier au loup, s’insurger vent debout devant le manque de moralité apparent de nos « amis » américains ou allemands, ou vice et versa.

Dernier exemple en date impliquant des entreprises françaises et européennes : celui de la BND (Bundesnachrichtendienst, services secrets allemand) qui a espionné, via le réseau du groupe de télécommunication allemand Deutsche Telekom, de hauts fonctionnaires et hauts responsables d’entreprises françaises et européennes pour le compte de la NSA (National Security Agency, services secrets américains).

Un contrat entre Deutsche Telekom, le BND et la NSA a même été signé le 1er mars 2004. Depuis cette date, Deutsche Telekom « s’engage à intercepter, à l’insu des câblo-opérateurs, tels que France Télécom, le flux massif de données de communications transitant sur son territoire. » Pas très légal.

Lire la suite

Publicités

Vidéosurveillance au travail : ne pas franchir la ligne jaune

Certaines entreprises témoignent d’un manque de maîtrise dans la mise en œuvre d’un dispositif de vidéosurveillance. En raison de leur implication dans le domaine de la sécurité, les consultants en Intelligence économique ne peuvent méconnaître les limites faites à ce type d’installation ni les obligations des employeurs. Voici quelques outils…

Nous sommes le 14 octobre 2014. La Commission nationale de l’informatique et des libertés (Cnil) rappelle à l’ordre pour la deuxième fois la société Apple et l’enjoint à mettre en conformité ses systèmes de vidéosurveillance sur le territoire français. Apple filme ses salariés sur leur poste de travail sans information préalable. Cette fois-ci, la mise en demeure est rendue publique et le groupe dispose de deux mois pour se mettre en règle.

Comme Apple, des entreprises s’équipent de dispositifs de vidéosurveillance. Leur objectif est d’assurer la sécurité des biens et des personnes, justifié par un intérêt légitime prépondérant (art. L1121-1 du code du travail) tel que la surveillance d’un poste de travail particulièrement dangereux.

Lire la suite

Une proposition de loi pour protéger les stagiaires

Les stagiaires ont la vie dure. Une proposition de loi vise à encadrer leur vie dans l’entreprise. 

StagiaireDe 600 000 en 2006 à 1,6 million aujourd’hui, le nombre de stages a explosé ces dernières années. Cette forte augmentation illustre les difficultés d’insertion professionnelle des jeunes, contraints par les entreprises d’effectuer des stages plutôt que d’accéder à un véritable contrat de travail. On estime aujourd’hui à 100 000 le nombre de stages abusifs.

Théoriquement, les stages représentent une opportunité de formation et un marchepied vers l’emploi. Mais, bien souvent, les stagiaires accomplissent un travail équivalent à celui d’un salarié sans en avoir les droits, ni la rémunération. Ces pratiques contribuent au gel des embauches, puisqu’elles remplacent un salarié par un stagiaire. Elles entraînent aussi la précarisation des jeunes qui enchaînent les stages.

Lire la suite