La French Tech, un pan du soft power français

Le numérique à la française se valorise bien. Les levées de fonds dont bénéficient les start-ups hexagonales atteignent des montants colossaux qui leurs permettent de se faire connaître à l’étranger et de faire rayonner la France et son savoir-faire.

Crédits : Christophe Pelletier (CC BY-NC-SA 2.0)

Crédits : Christophe Pelletier (CC BY-NC-SA 2.0)

L’intelligence économique implique des actions d’influence et de notoriété. Or le soft power, concept développé par Joseph Nye, désigne justement la puissance d’influence, de persuasion d’un acteur auprès d’autres acteurs de manière non coercitive. Exercer son soft power, c’est donc faire de l’intelligence économique. Et la French Tech est justement devenue un soft power. Lire la suite

Publicités

Data mining is watching you

La collecte et l’analyse des données permettent aux entreprises de mettre en place des algorithmes favorisant l’apparition d’un marketing personnalisé. Cette technologie, utile au quotidien, pourrait cependant aider à contourner les règles de protection des données personnelles.

Crédit Pixabay (CCO)

Crédit Pixabay (CCO)

Les objets connectés ne doivent plus désormais être considérés comme un domaine émergeant mais bien comme émergé. Au-delà des attaques dont ils peuvent faire l’objet, il faut aussi tenir compte du profilage induit par le traitement des données qu’ils collectent. De fait notre quotidien et notre vie privée sont impactés par de nouvelles problématiques juridiques dont la propriété des données est le problème central. Lire la suite

Le chargé de veille face à la mort (de ses outils)

Il est neuf heures du matin. La plupart des travailleurs sont déjà au bureau. Pas le chargé de veille. Comme trop souvent, il est endeuillé, et se demande si la vie a encore un sens.

1500x500

Enroulé dans ses couvertures, la bouche pâteuse et le crâne douloureux, il n’a pas dormi. Sa nuit, il l’a passée dans son salon – qui fait également office de cuisine et de salle de bain, nous parlons d’un chargé de veille – à boire du mauvais whisky en proférant des insanités. En cause ? La fermeture de son troisième agrégateur en six mois.
Confronté en permanence aux regards dubitatifs s’interrogeant sur son utilité, voire son identité, le chargé de veille est souvent condamné à jongler, avec un peu d’amateurisme et beaucoup de débrouillardise, entre des outils gratuits plus ou moins performants.

Lire la suite

Le big data : du service à l’asservissement

Entre déterminisme et soumission volontaire, les données de masse interrogent nos libertés fondamentales. Des préoccupations toutes philosophiques !

9276962702_57d9bfddd4_o

Crédit : Jeremy Keith (CC BY 2.0)

« Nous fabriquons ces calculateurs, mais en retour ils nous construisent », avertit le sociologue Dominique Cardon. Il paraît urgent de dépasser notre fascination pour l’efficience du big data dans différentes filières. Ici, des CV sont analysés par des robots, tandis que la masse salariale est pilotée par des algorithmes censés anticiper les départs à la retraite. Là, dans l’aéronautique, les données massives et connectées entraînent une baisse considérable du temps d’identification et de localisation de l’origine d’une panne. Quant à nous, flattés dans nos goûts par les suggestions personnalisées issues des bases de données, nous consommerions plus et mieux.
En somme, les données de masse seraient de meilleures données, pour optimiser la gestion des risques : « big data is better data ». Ainsi, jusque dans les institutions, on voudrait pouvoir se reposer sur les algorithmes pour prévenir la criminalité, aux Etats-Unis comme en Europe.

Lire la suite

Les microprocesseurs : outils de guerre électronique

Les pirates peuvent aussi se cacher dans la machine. Éléments plus sensibles qu’il n’y parait, les microprocesseurs sont parfois conçus pour laisser ouvertes des portes dérobées ou bloquer le fonctionnement des ordinateurs. Qui s’en soucie ?

Les différentes manières de piéger un microprocesseur (crédit : IEEE Spectrum).

Les différentes manières de piéger un microprocesseur (crédit : IEEE Spectrum).

Les secteurs d’applications des microprocesseurs sont aussi vastes que les télécoms, le bancaire, l’informatique, l’aérospatial. Ils sont utilisés dans les cartes Sim, les circuits intégrés des satellites, les cartes bancaires, ils génèrent des clés de chiffrage, etc…

Au quotidien, les microprocesseurs sont présents dans tous les objets que nous utilisons, mais que se passerait-il si finalement une entité étatique ou privée venait à modifier ces circuits afin de pouvoir contrôler leur fonctionnement après leur fabrication ?

Lire la suite

Quand les robots s’immergent dans l’intelligence économique

Comment l’industrie de la robotique française a utilisé les bonnes pratiques de l’intelligence économique pour développer sa filière.

Un des robots conçus par la société maconnaise Wall Ye (Crédit : Wall Ye).

Un des robots conçus par la société maconnaise Wall Ye (Crédit : Wall Ye).

En mai 2013, la France se penche sur la développement de la robotique dans le domaine des PME/ETI en lançant le programme France Robots Initiatives, dont la vitrine est baptisée Robot Start PME). Le gouvernement crée ainsi le premier fond capital risque, crédité de 100 millions d’euros,  dédié à la robotique afin de faire de l’Hexagone un des leaders mondiaux de ce secteur à l’horizon 2020. Mais pour en arriver là, les acteurs français de ce secteur ont déployé leurs stratégies en utilisant trois piliers de l’intelligence économique (IE) : l’offensive, le défensive et l’influence. Retour sur cette expérience.

A la conquête des niches

Face aux grands industriels asiatiques et américains, les PME/ETI françaises de la robotique ont choisi de passer à l’offensive. Elles ont notamment mis en place des veilles sociétales, formelles par l’utilisation d’outils ou informelles par une immersion dans le marché, afin de mieux anticiper les futures tendances. Des niches ont ainsi pu être détecté, conduisant à la création de structures dans des domaines aussi divers que la médecine (avec Medtech), ou sur le le marché prometteur des « robots humanoïdes compagnons et assistants personnels » (Projet ROMEO).

Lire la suite

La chasse aux drones est ouverte

De petits drones qui survolent des centrales nucléaires françaises ? Il n’en fallait pas plus pour déclencher une course à l’armement anti-drone. Tour du monde des solutions.

Le DroneDefender de la société américaine Battelle projette un faisceau éléctromagnétique pour immobiliser un drone (Credit : Battelle)

Le DroneDefender, conçu par la société américaine Battelle, projette un faisceau éléctromagnétique pour immobiliser un drone. Il est encore à l’état de prototype (Credit : Battelle)

Les récents survols des centrales nucléaires françaises par de petits drones ont suscité l’émoi des pouvoirs publics. Toutefois, le risque que représente l’utilisation malveillante des drones ne se limite pas à la France. A la fin 2014, l’armée chinoise a ainsi mobilisé un millier de soldats et des dizaines de véhicules, rien de moins, pour appréhender les utilisateurs d’un aéronef non identifié. Ce pays aurait même récemment mis au point un système anti-drones à base de rayon laser, capable d’abattre de petits engins dans un rayon de deux kilomètres. Confiante en son efficacité, la Chine compte déployer ces dispositifs dans les zones sensibles ou lors d’événements sportifs.

Lire la suite