La veille stratégique entre segmentation et inclusion

Segmenter les besoins d’informations stratégiques pour éviter les fuites ou les confier dans leur globalité aux veilleurs pour améliorer les résultats de leur travail ? Un dilemme qui tétanise un grand nombre d’entreprises. 

Crédit : H9Stock

Crédit : H9Stock

Outre les indispensables logiciels, la mise en place d’une veille dépend de choix humains.  La question du caractère inclusif ou segmenté de la structure se pose alors. Le veilleur fait-il remonter de l’information mécaniquement, sans vraiment savoir s’il elle est adaptée et utile ? A l’inverse, est-il au fait des priorités stratégiques et s’imprègne-t-il des enjeux majeurs de l’entreprise afin d’optimiser ses recherches ?

Le décloisonnement comme oxygénation managériale

On sait que la segmentation érigée en mode de fonctionnement est une caractéristique majeure des services de renseignements, afin d’éviter qu’un échelon donné en « sache trop » et que seule une petite équipe décisionnelle garde la vision d’ensemble.

A moins d’être motivé par une indispensable confidentialité, la segmentation de l’information en entreprise conduit à une absence de vision globale et s’apparente à un manque d’oxygène pour le veilleur, qui peine alors à comprendre les subtilités de l’environnement dans lequel il évolue. S’il manque d’informations, le veilleur peine à saisir le sens et l’utilité de son travail. A l’inverse, sa motivation sera renforcée par une bonne compréhension des enjeux de sa structure, et donc des exigences et objectifs de sa veille.

Lire la suite

Publicités

Quelle place pour le veilleur stratégique en entreprise ?

Nous avons mené une enquête pour mieux comprendre les enjeux du métier de veilleur stratégique en entreprise.

18216378086_51e98c5bfe_z

Crédit : Steven Pisano (CC BY-NC 2.0)

Cet exercice a pour but de confronter notre idée du métier à la réalité en interrogeant des professionnels de l’intelligence économique (IE). Mon objectif à long terme étant de travailler dans la veille stratégique, j’ai effectué mon enquête auprès de professionnels dans ce domaine. Quelles sont les caractéristiques inhérentes à ce métier? Qu’est ce qu’il faut valoriser pour trouver un poste dans la veille stratégique?

Travailler dans la veille stratégique requiert la mobilisation de certaines compétences incontournables: une bonne connaissance des outils de veille, des sources techniques et une qualité rédactionnelle avérée. Cela exige aussi des compétences humaines à fortes valeurs ajoutées telle que des qualités relationnelles et une ouverture d’esprit recherchées sur le marché du travail. Le chargé de veille stratégique doit savoir analyser avec rigueur et minutie l’information mais aussi transmettre les résultats de veille à un public pas toujours initié. Ses capacités de synthèse et son honnêteté intellectuelle, lui seront d’une grande utilité.

Lire la suite

L’intelligence économique au service de la ville de demain

L’intelligence économique permet aux entreprises françaises au travers de la mise en place de systèmes de veille de se développer dans ce marché clef. 

Smart_City_Cube

Crédit : D. R.

En 2050, 75% de personnes vivront en ville. Cette urbanisation croissante, les contraintes environnementales et énergétiques associées amènent les villes à repenser leurs transports, l’éclairage public, le mobilier urbain etc. Les nouvelles technologies ou TIC sont la solution au développement des villes du futur ou smart city.

Il n’existe pas UNE définition de la ville intelligente, en effet, chaque ville va définir la ville intelligente selon son histoire, ses caractéristiques sociales et topographiques qui lui sont propres. Certaines villes feront le choix du « green », en réduisant l’impact des déchets et en cherchant une gestion optimale. D’autres villes vont choisir d’innover et de proposer de nouvelles solutions pour se déplacer, optimiser sa consommation d’énergie ou encore donner accès à une consultation avec sa mairie par le biais d’une application…

Lire la suite

L’intelligence économique : moteur de la Côte d’Ivoire

Le concept d’intelligence économique se répand en Côte d’Ivoire et contribue activement à l’objectif de marché émergent à l’horizon 2020.

Le centre des affaires d'Abidjan, la capitale économique de la Côte d'Ivoire.

Le centre des affaires d’Abidjan, la capitale économique de la Côte d’Ivoire. Crédit: Koko Taillé / Flickr (CC BY-NC 2.0).

L’intelligence économique (IE), dispositif coordonné de collecte, d’analyse, de diffusion et de protection de l’information utile aux décideurs en vue de créer de la valeur et réduire les risques, peut jouer un rôle déterminant pour permettre à la Côte d’Ivoire d’accéder au statut de marché émergent d’ici à 2020. Les professionnels de l’IE l’ont bien compris, notamment Jean-Michel Lavoizard, fondateur du cabinet Aris-Intelligence ou Marc Amand, directeur associé d’Ileads Consulting, pour ne citer qu’eux. En effet, les autorités ivoiriennes sont confrontées à des défis structurels notamment la poursuite de l’amélioration du climat des affaires, un secteur financier plus actif et innovant pour accompagner le secteur privé et le renforcement des capacités des TPE/PME.

Lire la suite